Crossroads Expos

Petit bouquet de robes

31/01/2015 : Il est encore temps de clôturer le mois avec un 2e article. Je ne pouvais pas laisser un petit « 1 » pour Janvier 2015. Surtout, que cette page vide s’est fait contre mon gré. Trop d’agitations, de réflexions autour de mon projet professionnel, de tentatives, pour arriver à me poser quelques heures calmement face à mon ordinateur. Bref, comme dirait mon nouveau saint patron Karl, il faudrait que les journées soient de 48h et non 24h. Soit, passons dans le vif du sujet.

Au cours de ce dernier mois, j’ai pu prendre quelques photos de projets stylistiques expérimentaux dont l’approche m’a semblé intéressante. Les artistes (anonymes) sont partis du principe que le vêtement est une architecture. Une architecture qui constitue le tout premier habitat puisqu’elle protège le corps humain des agressions extérieures. Mais au delà du rôle de cocon, le vêtement a un rôle esthétique, graphique.

J’ai ajouté ma propre interprétation à ces travaux, et décrypté des structures empreintes du monde végétal, et même animal. J’ai tendance à penser que la nature même est à la base des textures que l’on peut trouver dans l’univers textile. On cherche à imiter les motifs animaliers, à reproduire l’effet nid d’abeille et j’en passe. L’année dernière, Iris Van Herpen a même réussi a recréer la texture de l’eau sur une robe. Mon petit pêle-mêle montre des œuvres techniquement plus modestes, mais pas moins esthétiques.

Dans ces robes, j’ai vu beaucoup de fleurs, côtoyant tranquillement les habitats de nos abeilles parisiennes. Il y avait aussi un joli poisson aux écailles bien régulières (Arc-en-ciel ?). Une jolie palissade venait fermer le tout. Le jardin des délices.

PS: cherchez l’intrus –                                                     (déformation professionnelle oblige)

experimentation stylistique

A quand les petites écailles sur les podiums et en boutique ? Les fruits, on les a assez vu vous ne trouvez pas ?

Leave a Comment