Category

TENDANCES

Category

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis un peu nostalgique de la rentrée scolaire, quand je vois tous ces enfants dans la rue, fiers d’évoquer  leur « 21*29,7 à petits carreaux » mes yeux brillent. Et nous alors, quelles seront nos courses de rentrée? Qu’est-ce qui va nous faire frétiller en ce mois de septembre?

Une jupe en cuir…mais longue!

Céline fall 2013Si je restais à Paris cet hiver, je n’hésiterai pas à m’offrir une jolie jupe mi- mollet en cuir. On en voit de toutes les couleurs cette saison: bordeaux, moutarde… et aussi à petit prix chez Zara.

Des bottes encore plus montantes… des cuissardes?

celine_cuissardes_bleues_chaussures_stars_de_la_saison_124476959_north_883xQuitte à jouer l’extravagante, autant ne pas y aller de main morte! Osez les cuissardes de couleurs, comme les bleu ci-dessus de chez Céline.

S’habiller en dalmatien

 

ACNE

Je ne vous reprocherai pas de ne pas porter le total look dalmatien, mais pourquoi ne pas se laisser tenter par les pois noirs cet automne ?

Et pour celles qui veulent vivre une rentrée mode encore plus a fond, voici le programme du mois de septembre à Paris:

14 et 15 septembre: les journées du patrimoine (visite du jardin Christian Dior par exemple?)

17 septembre: la Vogue Fashion Night Out ( ici le programme )

24 septembre au 2 octobre: fashion week parisienne

A vous de jouer !

 

 

 

En me promenant dans les allées du 10 Corso Como, le Colette milanais, je suis tombée sur des sacs à main d’une élégance sans  pareille. On aurait dit des écrins, cousus avec un velours précieux, et ornés d’accessoires -bijoux.

C’est Roberta di Camerino qui donne le « la ».  En utilisant des velours particuliers, appelés « Soprarizzo« , la marque crée des sacs évoquant un luxe d’antan. Les  somptueux velours vénitiens étaient, à l’origine, utilisés pour l’ameublement, décorant les murs du Vatican, ou de grands édifices comme l’Opéra de Rome.

En les détournant la matière au profit des accessoires, la créatrice de la marque, Giuliana Camerino, nous offre de vraies merveilles …sac 10 corso como 5Giuliana Camerino nous prouve que le sac à main sort de la sphère des accessoires pour accéder au prestigieux univers du prêt-à-porter…

sac 10 corso como 2 sac 10 corso como 3 sac 10 corso como 4

 

La mode des années 60: une fraicheur et une envie de croquer dans le futur à pleines dents. Les créateurs de l’époque sont comme insufflés d’une nouvelle énergie, et les photographes de mode semblent réussir à saisir l’instantané et le naturel, ce qui ne se fige pas.

Ici, ce sont des cirés acidulés, auxquels sont greffés des clins d’œil  humoristiques qui nous replongent dans l’esprit audacieux de ces années- là.

cirés multico 001

 

Le raphia ?  une fibre issue des feuilles de palmiers, que l’on l’utilise en déco pour ajouter un brin de naturel, un air de campagne dans nos  intérieurs trop soignés. Ou alors, c’est une vulgaire ficelle qui répare solidement nos vieux objets. Bref, rien de très prestigieux …

Et voilà que la reine des feuilles vient ajouter une touche d’élégance insoupçonnée à notre garde-robe. Traité, teinté, tressé, le raphia a fière allure, et cela fait notre ravissement!

Je pourrais évoquer le défilé Dolce & Gabbana de l’été 2013 et disserter pendant des heures sur les magnifiques robes en raphia. Mais non, je voulais simplement vous montrer le débardeur Balmain, où le raphia fait seulement une petite apparition, en vrai arlequin. C’est ça la classe.débardeur balmain raphia tréssé

Et si le skateboard délaissait les sols en béton pour se laisser glisser sur les marbres luxueux?

C’est à l’exposition « No Skateboarding x Année Boulle » que le skateboard, la petite planche de la rue, m’est apparue comme un objet précieux. Voilà que l’art s’est emparé de cet objet populaire pour en faire un objet exceptionnel.

L’exposition nous montre que le skateboard n’incarne plus seulement un style de vie, mais un art de vivre. Des skateboards de luxe, réalisés par des anciens étudiants de l’école Boulle, sont exposés: les marqueteries, les matières inédites, et les designs uniques en font de vrais chefs-d’œuvre. On trouve dans l’exposition également de nombreuses photographies des figures emblématiques de la planche à roulettes.

Totalement absorbée par la beauté de ces nouveaux « skates de luxe », j’ai cherché davantage à décrypter le travail unique présent derrière chaque skateboard exposé.

Le luxe californien selon Woodiart

P1100055 skate 2P1100056

Les skateboards ci-dessus sont ceux de Clément Bouchonneau, fondateur de WoodiArt, un collectif de passionnés de la glisse formant un « atelier d’ébénisterie à vocation artistique ». Raffinés et élégants, ils s’inspirent de l’univers du surf et des années 60.

Skate or jewels ?

skate 4skate 5

Le skateboard ci dessus a été réalisé par Ilan Marciano x « le groupe ». Recouvert de perles, il ne voit plus dans le skate qu’un accessoire de mode, qu’il ne faudrait surtout pas abîmer! Comme si la mode aurait emprisonné cet objet, loin de sa fonction de base… quand la sublimation fait place à la satire…

Le dessin en zigzag des perles représente la trajectoire discontinue d’un stakeboard…


skate 7

Adrien de Melo présente son œuvre issue d’une collaboration avec Normandy Ceramics: des skates en céramique, là aussi, assez fragiles pour la fonction de base du skate…

 

P1100060P1100057

 

P1100064

Réalisés en galuchat, les skateboards de Gérard Perrin n’ont jamais été aussi proches de la planche des mers…

Expo: du vendredi 05 juillet au lundi 30 septembre
De 12h à 20h, entrée gratuite
Les Docks – Cité de la Mode et du Design 

Inspiration du jour: les grosses rayures.

Mais, s’il vous plait, gares aux rayures noires et blanches, elles grisent le paysage. Non, on veut des rayures alternant le blanc et une autre couleur comme le jaune citron, l’orange ou le vert amande. Des bandes qui nous transporteraient dans l’univers délicieux des bonbonnières!

style courrège