Archive of ‘Crossroads’ category

La flotte Louis Vuitton

Bonjour les matinaux!

Parce qu’en ce début de mois Novembre, la ville de Paris a inauguré un nouveau monument logé au sein de son poumon vert, je vais dévier un peu de ma trajectoire…Un bouillon comme le mien, ça a tendance à déborder un peu, à gicler. C’est Louis Vuitton qui est à l’honneur, non pas pour la splendeur de ses collections, mais pour l’incroyable audace de sa toute nouvelle fondation.

C’est au cœur du jardin d’acclimatation que notre vaisseau Vuitton a jeté l’ancre. Un gigantesque édifice de verre, d’acier et de bois qui s’élève au dessus de la verdure, signé Frank Gehry. Légèreté certes, mais aussi complexité de la structure qui présente autant de formes que de points de vue. Un régal pour un photographe.

Une véritable œuvre d’art, qui a nécessité plus de 1,5 millions d’heures d’étude…Je ne me suis pas encore glissée à l’intérieur, mais je me suis contentée d’admirer ses façades.

louis vuittonLouis Vuitton a toujours mis un point d’honneur à l’architecture, sa fondation peut en attester, mais également ses boutiques, toutes aussi spectaculaires les unes que les autres.  L’une d’entre elles est particulièrement merveilleuse. Elle est aussi un vaisseau, prêt à conquérir le monde dans l’une des capitales du luxe. C’est le flagship de Singapour. Me voilà embarquée dans l’aventure, cap Singapour, au pied de cet écrin de verre, quasi irréel.

boutique Louis Vuitton singapour

Une trousse qui n’a pas froid à la tete !

Hello les baigneurs,

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’univers fabuleux de la piscine. Objet de sport ou détente, on plonge dans un petit monde à part, où se croisent des silhouettes aux vêtements colorés, des bébés nageurs, des formes en plastique, des rires et des éclaboussures.
Le rectangle bleu rafraichissant est parsemé de petits poix de couleurs: des bonnets de bain qui tentent de se fixer sur les têtes des baigneurs…

Aujourd’hui, le bonnet de bain n’est qu’une partie de l’apanage du nageur, maltraité par des enseignes de sport qui, en le réduisant à sa simple fonction le dépouillent de tout intérêt esthétique. Mais souvenez-vous qu’à une époque, c’était un objet de mode! Il animait les photographies, résonnant avec les tenues de bain, contrastant avec les paysages.

Vous allez tout de suite comprendre grâce à mon petit moodboard…

bonnet bain vintageMais ces clichés ne sont pas restés lettres mortes…Non, ce n’est pas un DIY bonnet de bain dont je veux vous parler. Mais c’est une petite chose que j’ai réalisé moi-même à partir de ce petit collant de tête. J’ai cousu un petit zip fluo au bonnet et magicadabra, il s’est transformé en trousse de toilette rigolote! Voilà comment les objets peuvent avoir une seconde vie, totalement différente de la première!

diy trousse de toiletteA vous de jouer !

Caroline, habillée par les créateurs ?

Non ce n’est pas de moi, Caroline, dont je vais parler mais bien de la petite blondinette à couettes qui a peuplé les souvenirs de notre enfance. Vous vous souvenez, de cette petite fille, entourée de ses fidèles animaux, Noiraud, Pitou …

Eh bien pour ses 60 ans, elle quitte sa salopette rouge pour endosser des tenues de créateurs, spécialement dessinés pour elle (Hotel Bristol) …Pour ma part, je garde ma petite salopette, dont je vous ai déjà parlé dans cet article .

Quels esprits la petite fille a t-elle inspiré?  Des grands noms de la couture pardi, aussi mythiques que Caroline:  Riccardo Tisci pour Givenchy, Alexandre Vauthier, Jean-Charles de Castelbajac, Christian Lacroix, Paco Rabanne, Franck Sorbier, Chantal Thomas. Les marques de prêt-à-porter se sont prises au jeu comme Vanessa Bruno, Tara Jarmon, Bensimon, Agatha Ruiz de la Prada, Vanessa Seward pour APC, ou Junko Shimada. Que de style pour notre petite Caroline qui vaquait de la ferme à la montagne …!

Mais pourquoi c’est SI amusant ?

1 – Parce que ce n’est pas UNE collaboration que Caroline a décroché, mais une bonne trentaine, avec des noms qui rivalisent en excellence … Qui sera le meilleur ? Qui sera le  mieux retranscrire son style tout en gardant l’âme de la fillette ? Qui sera le plus au goût du jour?

2- Parce qu’on est curieux de voir comment Riccardo Tisci, le créateur de Givenchy, au style un peu dark-gothique va interpréter le personnage de Caroline…

3 – Parce que c’est Caroline, et qu’elle était déjà à la mode il y a 60 ans!

J’ai eu l’information trop tard pour aller à l’expo. Mais je ne vous laisserait pas penaud, j’ai fais ma petite recherche…

Les meilleures interprétations … caroline défilé au bristol

Dior lui a enfin mis une robe, à l’image de l’ élégance et de la féminité de la Maison … On imagine très bien Caroline enveloppée dans de la mousseline de soie, prête pour un anniversaire un peu plus chic que d’habitude…caroline par agatha ruiz de la prada

Agatha en a fait une petite fille moderne et féminine, même en salopette. L’interprétation n’en est pas moins fidèle au personnage… et à Agatha.. Pas besoin de se torturer les méninges pour savoir que c’est son œuvre. Le cœur ne trahit pas!

caroline défilé au bristol

caroline défile au bristol

Lacroix a dessiné les plus jolies des salopettes…fidèle à son style mais aussi à celui de Caroline!  Des fleurs pour la gaité de la fillette, une coupe large plus féminine, des revers en bas, comme ceux de l’originale…

  Les plus rebelles

HASH-21

Caroline par chantal thomas

Là, Caroline ne rigole plus, salopette noire déstructurée, ou salopette-short avec  bas & escarpins (trop grands), Caroline joue la modeuse !

 

La plus futuriste

Caroline-par-Jean-Claude-Jitrois

Caroline par Jean-Claude Jitrois

Et plus encore !

Tous ont joué le jeu: Caroline romantique, Caroline l’espiègle, la mode a révélé les différentes facettes de la fillette…Qu’on ne me dise pas après que la mode est inutile, c’est elle qui nous a permis de retrouver l’héroïne de notre enfance à travers milles styles différents…

Caroline par Bensimon

Caroline par Tara Jarmon

Caroline par Tara Jarmon

Caroline par Lesage

Caroline par les ateliers Lesage

Caroline par Franck Sorbier

Caroline par Franck Sorbier

  Caroline-par-Christophe-Josse

Louis Vuitton x Ben Eine

Après une petite coupure estivale, je sors la tête de l’eau pour la replonger dans un univers aussi enchanté qu’un fond marin, la mode.

Qu’ y a t-il de plus  captivant que de suivre les aventures du vaisseau Louis Vuitton?

En effet, pour cette rentrée, le paquebot nous  fait voyager dans un nouvel univers, imaginé en collaboration avec l’artiste de Street Art Londonien Ben Eine.

 Après les graffitis de Stephen Sprouse, les foulards Louis Vuitton se parent de lumineuses inscriptions, inspirées des murs peints de l’artiste londonien.

Ses lettres légendaires qu’il peint tout autour du monde nous transportent dans l’effervescence des jeux de Las Vegas…louis vuitton ben eine louis vuitton ben eine

Une nouvelle fois, Louis Vuitton célèbre le street art, reconnu comme un art à part entière. Plus qu’un art de la rue, c’est un art contemporain qui à sa place dans les rangs du luxe. Et cela me ravit, car j’adore le street art.

 On dit adieu aux pois de Yayoi Kusama, et on souhaite la bienvenue aux grafs de Ben…

louis vuitton ben eine

Foulard Louis Vuitton x Ben Eine – édition limitée

 louis vuitton ben eine

 

 

Le skateboard, un objet de luxe?

Et si le skateboard délaissait les sols en béton pour se laisser glisser sur les marbres luxueux?

C’est à l’exposition « No Skateboarding x Année Boulle » que le skateboard, la petite planche de la rue, m’est apparue comme un objet précieux. Voilà que l’art s’est emparé de cet objet populaire pour en faire un objet exceptionnel.

L’exposition nous montre que le skateboard n’incarne plus seulement un style de vie, mais un art de vivre. Des skateboards de luxe, réalisés par des anciens étudiants de l’école Boulle, sont exposés: les marqueteries, les matières inédites, et les designs uniques en font de vrais chefs-d’œuvre. On trouve dans l’exposition également de nombreuses photographies des figures emblématiques de la planche à roulettes.

Totalement absorbée par la beauté de ces nouveaux « skates de luxe », j’ai cherché davantage à décrypter le travail unique présent derrière chaque skateboard exposé.

Le luxe californien selon Woodiart

P1100055 skate 2P1100056

Les skateboards ci-dessus sont ceux de Clément Bouchonneau, fondateur de WoodiArt, un collectif de passionnés de la glisse formant un « atelier d’ébénisterie à vocation artistique ». Raffinés et élégants, ils s’inspirent de l’univers du surf et des années 60.

Skate or jewels ?

skate 4skate 5

Le skateboard ci dessus a été réalisé par Ilan Marciano x « le groupe ». Recouvert de perles, il ne voit plus dans le skate qu’un accessoire de mode, qu’il ne faudrait surtout pas abîmer! Comme si la mode aurait emprisonné cet objet, loin de sa fonction de base… quand la sublimation fait place à la satire…

Le dessin en zigzag des perles représente la trajectoire discontinue d’un stakeboard…


skate 7

Adrien de Melo présente son œuvre issue d’une collaboration avec Normandy Ceramics: des skates en céramique, là aussi, assez fragiles pour la fonction de base du skate…

 

P1100060P1100057

 

P1100064

Réalisés en galuchat, les skateboards de Gérard Perrin n’ont jamais été aussi proches de la planche des mers…

Expo: du vendredi 05 juillet au lundi 30 septembre
De 12h à 20h, entrée gratuite
Les Docks – Cité de la Mode et du Design 

En rouge et blanc

Inspiration du jour: les grosses rayures.

Mais, s’il vous plait, gares aux rayures noires et blanches, elles grisent le paysage. Non, on veut des rayures alternant le blanc et une autre couleur comme le jaune citron, l’orange ou le vert amande. Des bandes qui nous transporteraient dans l’univers délicieux des bonbonnières!

style courrège

1 2 3